Maxi Race 2014

4 juin, 2014

Nous l’attendions avec impatience ce Maxi WE!

Après la déception de l’année passée, heureusement compensé pour moi par la découverte du ma future ville, cet hiver a été beaucoup plus clément et le soleil était au rendez vous une bonne partie du temps!

Nous avions décidé avec les potes de nous aligner sur le relai à 4, en formant deux équipes, ça me convenait bien après mon périple aux Canaries, dont je vous ferais un compte rendu bientôt!

Jeudi matin je récupère Kevin (rencontré sur la Kilian Classik il y a deux ans) et l’après midi nous partons nous faire une reco sur le début du relai 1 sur le Semnoz avec les amis du coin, j’ai pas de jambes mais c’est bien sympa!

Vendredi arrivée du reste des deux équipes de relai que nous formerons le samedi, nous nous rejoignons sur le village pour récupérer les dossards fixés sur une ceinture que l’on se transmettra (à rendre à la fin), et on gagne un teeshirt et un buff (les coureurs, ces collectionneurs malgré eux). 😀

Avec Victor, Kevin et Cédric nous commençons la grimpette jusqu’au Mont Baron, nous aussi on la fait la Verticale Race, mais en marchant tranquille :p
Une fois en haut on profite du paysage et on discute un peu avec la fille qui est chargé de biper les dossards des arrivants, elle arrive essoufflée pas tellement en avance, en fait elle venait juste de baliser toutes la dernière section…

Nous descendons ensuite nous mettre un peu plus bas en haut du dernier mur de la course, il fait du vent et on se les pèle grave mais c’est l’endroit où il faut être pour les voir en chier! 😀

Les première fusées passent, notamment le vainqueur, Pierre Chauvet, un fondeur du coin, il est d’une aisance incroyable vu le degré de la pente…
Vient ensuite Anna Frost, évidemment tout le monde est ravi de la voir ici, et elle envoie du lourd!

Les copains suivent ensuite chacun leur tour, eux aussi, en aisance totale, ou pas! 🙂

J’essaie de suivre avec la gopro mais c’est pas évident, c’est un métier…

Au final j’en sortirai ce petit montage…

On se rejoint tous en haut où le soleil distribue un peu sa chaleur, c’est vrai que l’inconvénient de cette verticale c’est qu’il faut attendre l’arrivée pour avoir la vue!

Descente tranquille, enfin presque, Victor et Kevin prennent les devant, arrivé sous Pré Vernet je reviens sur Kevin, il boite! La poisse à frappé et la cheville à tournée, il me dit que ça va et continue à courir mais je sens que c’est pas bon…
En bas du sentier le verdict tombe quand je vois un bel œuf de pigeon sur sa cheville! 🙁

Rien de grave à priori mais impossible de courir dessus dans 6h…Le team spirit se met en route et Tanguy ainsi que Julien se propose pour remplacer le malchanceux, au final c’est ce dernier qui partira sur le 3ème relai et Romain fera le premier tandis que Victor s’alignera comme prévu sur le second et moi le dernier.

Pasta speedy party et au lit, mais il déjà pas loin de minuit…

3h plus tard le réveil sonne, no comment.
J’émerge tant bien que mal et accompagne Romain sur la ligne de départ à 1km de la maison sur la Plage d’Albigny.
Je retrouve Nico qui prend le départ de la XL Race et lui file quelques affaires puis je retourne à l’appart où je retrouve Kevin et Victor. On se prépare, je charge la glacière la journée va être longue et on décolle, d’abord à la gare pour déposer Kevin qui préfère rentrer chez lui soigner sa cheville puis en direction du sommet du Semnoz où le relai 1 se termine après 19km/1489+/67-.
On ne verra pas la tête de course sur la Maxi là haut, ils sont parti à 3h et les premiers mettent 1h35 environ, ça va très vite, plus vite que les relais je crois, alors que le mecs font le grand tour, hallucinant…

La vue est superbe avec le lever de soleil, on cherche les 3 potes de l’autre relai sans succès mais en fait ils dorment dans la voiture pas loin 🙂

On va aussi se mettre au chaud et manger un bout puis on y retourne pour voir l’arrivée de Florian de l’autre team en 2h14, Kevin prend sa ceinture/dossard et file direction Doussard, nous on attend Romain qui arrive après 2h52 d’effort en 105ème position sur 151, la Verticale Race d’il y a quelques heures encore un peu dans les jambes.
Victor commence son sprint de 25.5km/1061+2460- et on redescend avec Romain vers Annecy pour récupérer Julien qui dort au Camping du Belvedère sur la route.

On arrive à Doussard sans encombre et c’est parti pour 3h d’attente où nous verrons passer les premières féminines de la Maxi, Caroline Chaverot menant la charge, les coureurs du top 100 et plus, la tête de course étant déjà en train d’en découdre dans la montée vers la Forclaz.

Je profite de l’attente pour faire une sieste puis on va finalement accueillir Kevin qui arrive après 4h d’effort quasiment pile poil! Jérémie part comme une flèche à l’assaut du relai 3, ça va faire mal!
La seconde team part direct avec la voiture pour le voir au Col de la Forclaz et nous on continue d’attendre, Nico termine sa première journée XL Race en 6h28, pas mal pour un éclopé!

Victor arrive après 4h06 (107ème sur 151) et transmet la flamme Olympique, euh le dossard à Julien qui part affronter les 26.5km/1800+/1742- du troisième relai.

On ne monte pas à la Forclaz ça a l’air de bloquer un peu sur la route, j’entends parler d’un choc avec un vélo et de toute façon Victor a passer trop de temps à manger tous les reblochons du ravito à Doussard… 😀

Pour aller à Menthon ça va bien du coup, sur place on se trouve une place sur le parking en herbe juste à côté du ravito.
Je sors la glacière et on se fait un pique nique, bien nuageux jusque là le temps se découvre enfin, nickel soleil pour mon relai!
Je me prépare et on encourage les coureurs de la Maxi qui passe en attendant Jérémie qui boucle son relai en 3h13 et transmet à Cédric qui part finir le boulot sur notre terrain d’entrainement quotidien.

IMG_3501-2

L’attente est longue, surtout quand c’est toi le prochain, mais le temps est superbe et il y a une bonne ambiance.
Julien arrive après 3h34 (67ème sur 151), bel effort sachant que jeudi il a couru 28km/1800 au dessus de Cham’ et hier la verticale!
Encore merci d’avoir fait le relai, pas le plus facile en plus!

C’est parti pour 15km et 980mD+/1030mD-, je connais parfaitement le parcours, sur le Veyrier c’est en face de chez moi et j’ai fais la reco avec les amis de chez Lafuma Julien Jorro et François Faivre il y a 10jours.
Ça commence par monter tranquille au dessus de Menthon puis la pente s’accentue un peu et j’alterne course et marche rapide.
Je commence ma longue remontée des survivants du grand tour, en fait pas tellement survivants car ils sont encore bien classés et ça avance quand même, j’ai presque honte de les doubler au pas de course, j’ai déjà vécu plusieurs fois ça et c’est toujours rageant, notamment récemment à la Transvulcania quand j’étais à l’agonie en train de vomir sur le bord du chemin et que les mecs du Marathon bombardait sur leur 2ème ou 3ème km…

Après une traversée de champs et le passage dans un tunnel sous une route plein de bouses de vache, on arrive sur une portion de route, puis ça monte sec, je lâche beaucoup d’encouragements et j’en ai autant en retour, cette situation où tu as l’impression de voler par rapport aux autres est vraiment top pour le moral, je me sens vraiment bien comparé aux derniers jours, après les Canaries ça allait mais les 10 derniers jours j’étais bien fatigué, ce WE m’a bien reboosté!

C’est parti pour 700+, certains passages sont vraiment raides et j’essaie d’être presque à bloc constamment, la boue est l’invitée surprise, je ne pensais pas qu’il y en aurait autant mais sur ce côté de la montagne ça ne sèche pas vite, on fait avec les quelques glissades en essayant de ne pas trop déraper pour éviter de gaspiller du temps et de l’énergie.

J’arrive enfin sur la portion de route en légère montée qui mène au Col des Contrebandiers que j’atteins en 57’29, et où des gens nous encourage (un endroit où l’orga’ devrait monter rien qu’une citerne d’eau pour les coureurs du long), on ne prend pas le chemin classique mais un petit détour par la droite, toujours autant de boue mais je sais que ça devient bon, j’essaie de relancer dès que c’est moins raide mais la marche rapide les mains sur les cuisses reste la plupart du temps le plus efficace pour moi.

La dernière portion est géniale, on grimpe sur la roche avec une vue juste splendide sur le lac,il y a 2/3 chaines qui me soulagent un peu les cuisses qui transpirent l’acide lactique par tous les pores!
En haut sur la plateforme ((atteinte en 14’43 depuis le Contrebandiers) j’essaie de retrouver mon souffle sans m’arrêter mais ça ralentit un peu dans la partie vraiment technique qui mène au Mont Baron.
Je me demande si je dois manger un truc même si je n’en ressent pas le besoin, je suis parti avec ma gourde à main et une pastille Gü, une ceinture avec la couverture de survie, le tel, un gel et une pom’pote et le toujours aussi fantastique bidon Simple Hydration qui au final ne me servira pas.

Bref quelques gorgées de boisson suffiront pour cet effort au final court comparé à d’habitude et une fois au Mont Baron je me fais biper et bombarde dans la descente, désormais on réfléchit plus, il faut être très concentré sur la pose des pieds et courir le plus vite possible!

J’atteins Pré Vernet après la côte hyper raide juste au dessus dont les participants à la verticale se souviennent encore, j’essaye de négocier au mieux sans ma vautrer et c’est parti pour la dernière portion de descente, j’essaie d’être à bloc en pensant à la fin sur le plat qui finalement est assez longue.
Je continue à croiser pas mal de coureurs du long mais les dépassements se font bien, dans un bon esprit, j’ai mal mais je pense à ce que eux doivent ressentir, heureusement dans la tête ils savent que c’est gagné!

Arrivé sur le Petit Port, traversée de la route et on passe par la ponton avant de rejoindre le chemin le long de la piste cyclable, il y a pas mal de monde, j’attaque le 1500m un peu tôt et je ne calcule plus rien, j’ai failli mes prendre des gens 2/3 fois, on passe le long du village d’accueil, dernier virage et c’est le tapis rouge et l’arrivée!

Je savoure le passage de l’arche, le relai est bouclé, les amis viennent me rejoindre et m’arrose sur la tête, une fois en bas il faisait bien chaud, la machine a bien chauffée sur la partie finale!
Je boucle le relai en 1h47’55 à la 14ème place sur les 151 relais, en fonction de la reco je m’étais dis que 1h45 était jouable mais j’avais oublié que l’arrivée n’était pas en bas du chemin mais à la Plage d’Albigny, donc très satisfait et de super sensations sur ce format court!

Nous bouclons le tour en 12h21’08 » à la 73ème place, mais l’important dans ce WE est ailleurs, un super moment entre nous!

Cédric nous à fait un compte rendu détaillé des temps de nos deux relais comparé au vainqueur :

statsrelais

Le soir on se fera un gros resto à l’Alpin dans le vieil Annecy avant de se quitter pour la plupart et le lendemain je remonte au dessus de Pré Vernet pour finir la XL Race avec Nico qui boucle son deuxième jour en 6h20, biloute is back, ça va saigner cet été! 🙂

  • Ludo

    Salut Nico !

    Belle perf’ sur ton relais, le principe du sport individuel en équipe doit être sympa, encore jamais essayé !
    Je serais (presque) dans ta région le 20 juillet pour l’Interlac, mais je resterais du côté d’Aix, petit bras sur le 40km seulement !!
    Dis voir, ton bidon à main ressemble au bidon Ultimate Direction non ? Je galère avec ces bidons,pas toi ?

    Bon été montagnard !

    Au plaisir,

    Ludo

  • Merci! C’est vrai que c’était top de le faire en relai!
    Ça me tente bien l’Interlac mais 1 semaine après l’Ice Trail c’est pas raisonnable 😀
    Je viendrais peut-être vous encourager j’ai un ami qui le court aussi!

    Pour le bidon c’est ça, le modèle Scott Jurek, moi j’adore! Par contre que sur du court, quand c’est long soit j’ai des bâtons ou j’appuie sur les cuisses avec les mains donc je prend un sac à dos.
    Glissé dans le short j’ai aussi le Bidon Simple Hydration, le top du top, mais ça fait à peine 400cl donc en complément sauf sur des run de moins d’1h30 si il ne fait pas trop chaud…

    Bon été à toi aussi 🙂

  • Ludo

    En fait… je me suis bien planté…
    Persuadé qu’il n’était pas normal que je galère avec ces bidons, je suis retourné au magasin où j’ai acheté le sac… et je m’y prenait mal : je ne tirait pas la tétine pour la sortir de la gourde… quel boulet !!
    J’utilise également le Simple Hydration pour les courtes distances ou l’entrainement, il est vraiment super pratique !

    Bref, ton ITT s’est bien déroulé ? C’est quand même une course de maboules !!!

    Pour l’Interlac, je suis à 50/50 pour des raisons familiales, donc je croise les doigts mais bon…

    @+

  • Haha, oui effectivement ça doit moins bien couler si tu ne l’ouvres pas 😀
    Déjà ouvert il faut prendre le coup!

    Enorme l’ITT, bon j’en ai bien chié avec l’altitude mais effectivement c’est un truc de fou, dans le bon sens du terme, compte rendu à suivre…

    J’espère que tu vas pouvoir venir à l’Interlac, par contre c’est chiant il refait beau et juste dimanche il va se remettre à faire de l’orage et à flotter 🙁