TMB 2015 jours 1-2

14 septembre, 2015

Après le GR54 en 2014 cette année on a décidé de se faire le fameux Tour du Massif du Mont Blanc, que j’avais déjà parcouru en 2010 sauf que cette fois-ci on le fait un peu plus vite, en 4jours.

Nous partons le jeudi 10 Septembre, Tanguy, Victor et Stefan ont dormi chez moi à Annecy, nous rejoignons Arthur, Julien et Cédric à l’entrée de l’autoroute (après leur aller/retour pour retirer le siège auto 😃), direction les Houches!

Merci pour les surprises Stefan et Tanguy! 😍

Sur place nous retrouvons Pascal, le doyen du groupe et logiquement le plus expérimenté, Thomas, Cédric et Jérôme, notre groupe de 11 est formé, c’est parti!

On traverse le centre et on jardine un peu avant de trouver le chemin où grimper vers le Col de Voza, ça me fait bizarre d’être là 5ans après mon premier tour!

On assiste à un phénomène assez sympa de projection de l’ombre de la montagne dans le ciel!

Victor est super content d’être là mais bon ça ne va pas durer… 😅

On passe sous le Glacier de Bionnassay pour rejoindre le Col du Tricot, Arthur à déjà chaud aux fesses, et ça ne va pas se calmer malgré les températures plutôt modérées du séjour! 😄

On grimpe ensuite au Col de Tricot, le coin est toujours magnifique, que c’est beau mais que c’est beau!

On fait une pause pour en profiter et Julien commence déjà à refourguer ses barres de la marque Chimpanzé qui font l’unanimité contre elles, c’est sympa d’avoir apporté les fond de tiroir, au moins ça en sauvera un ou deux partis avec juste de quoi tenir quelques heures 😄

Descente sur les Chalets de Miage, petit paradis où Arthur nous apprend qu’on peut louer un chalet, on garde l’idée en tête pour plus tard puis on attaque les 300m de déniv’ qui nous sépare du plateau ou se trouve le Chalet du truc, l’endroit où j’avais dormi le 1er soir de ma randonnée en 2010.

On ne s’y attarde pas aujourd’hui car on commence à avoir faim et on descend jusqu’aux Contamines pour régler ça autour d’un bon repas!
Nous nous arrêtons au meilleur resto de la ville, enfin non, au seul qui est ouvert, le Husky!
On mange copieusement en terrasse, on s’assoit sous un beau soleil puis ça se couvre et tout le monde renfile une veste, Stefan enfile toutes les couches qu’il transporte, qu’est ce que ça va donner si on à du mauvais temps un peu plus loin ou surtout plus haut! 😁
L’arrêt est assez long car 4 gugusses ont commandés un gratin de crozets mijoté au four pendant 45min, le seul au monde qui contient des petits légumes, une recette spécialement développée pour Julien grand amateur de poireaux. 😂
Pendant ce temps là, parfaitement immobile sur ma chaise ma Garmin parcourt environ 2km, tout va bien.
Cédric conclut le repas par un petit cocktail eau, moutarde, cornichons (pour le plaisir), j’avais trouvé un article qui affirmait que la moutarde pouvait combattre les crampes et il a déjà commencé à en avoir dans la descente du Col du Tricot, ça semble délicieux et, croyez le ou pas, il n’a plus eu de crampes par la suite! 😀

C’est reparti direction le Col de la Croix du Bonhomme, le ciel se couvre de plus en plus au fur et à mesure que nous passons Notre Dame de la Gorge, le Chalet de Nant Borrant puis celui de La Balme…

On prend la pluie puis la grêle sur la fin de l’ascension, rien de méchant mais on a connu meilleur météo!

Nous arrivons au refuge après cette première journée assez courte et facile.
Douche fraiche, chocolat chaud et on passe au repas!

Au moment du dessert, 3/4 bouquetins apparaissent sur la crête pas loin et viennent vers nous, nous les observons à travers les carreaux mais Julien et Victor décident d’aller les voir de plus près sauf que les biquettes des montagnes ne sont pas folles et déguerpissent de l’autre côté du versant!
Petite remarque d’une voisine de table « ils font chier, on aurait pu les voir de près s’ils ne les avaient pas effrayés »! 😆

Après une nuit à entendre la pluie tomber sur le velux, nous voilà prêts à en découdre avec le deuxième jour, harnachés comme des clowns avec nos pantalons et vestes imperméables bariolés, la tendance de la saison 2015 semble être le pantalon jaune avec veste rouge!

Étant donné qu’il n’y a pas ou peu de réseau, on demande la météo au gardien « Pas mal ce matin, ça se dégrade dans l’après-midi et ensuite la vraie perturbation arrive pour le weekend »… 😨
On regarde dehors, il neige…Heureusement ce n’est que le 2ème jour et notre motivation est encore au top, nous voici donc en route pour le Col des Fours.

Finalement il ne fait pas si mauvais, les pieds sont un peu froids à force de marcher dans la neige fondue mais sinon ça va.
On passe le Col et attaquons la descente sur un bon rythme, on croise quelques randonneurs qui nous demandent « Vous faites une course? » « Non on s’amuse juste ». 😎

Petite photo de groupe à la Ville des Glaciers avant d’entamer l’ascension du Col de la Seigne :

Julien nous sort « Allez on fait la montée sur un bon rythme! » et il part en courant! 😅
Bizarrement personne ne le suit, c’est une montée longue mais pas trop raide, en haut le vent souffle fort, température réelle 5°C, température ressentie -45°C.
J’attends Victor au sommet, les autres ont pris de l’avance et sont partis s’abriter plus bas, je me pèle le jonc mais il finit par sortir de la brume et on rejoint le groupe.

Longue descente sympa avant d’arriver sur le refuge Elisabetta, j’avais envisagé d’y manger mais il n’est pas tard et il ne pleut pas, deux facteurs qui nous font repartir assez vite en direction de l’arête du Mont Favre.

La grimpe est raide un moment, ça commence à couiner un peu, Victor ramasse des pâquerettes 300m derrière et joue avec les animaux domestiques tandis que Tanguy bombarde à l’avant!

On attaque la descente vers Courmayeur, c’est roulant jusqu’au Refuge de Maison Vieille où l’on décide de s’arrêter manger, Stefan déboule comme une fusée, sa montre affiche « batterie faible » et il fonce pour ne pas rater l’enregistrement de sa trace mais au final il lui manquera quand même quelques kilomètres!

Après un bon plat de pâtes (on est en Italie désormais!) qui fait du bien, on se lance dans la descente finale de 6km sur Courmayeur, bien raide cette fois-ci.

On fait une photo de famille avec Victor avant de décoller :

Ça part quand même au taquet, on se tire la bourre à fond la caisse jusqu’aux abords du hameau de Dolonne, toujours aussi joli!

On arrive à l’hôtel, un beau 4 étoiles, l’Hotel Svizzero, que j’ai sélectionné car j’ai découvert après recherches qu’il offre un tarif randonneur particulièrement attractif, le tout en plein milieu de la ville!
Un confort royal qui va bien nous aider à nous refaire la cerise pour les 2 derniers jours qui sont beaucoup plus durs (au moins sur le papier mais ça va bien se confirmer dans la réalité 😋).
Emporté par notre euphorie on demande même à faire chauffer le jacuzzi pour se détendre les cuisses mais les 30min de chauffe annoncées par la tenancière n’ont permis que de faire passer l’eau de 15° à 20° et seul Pascal l’ancien para s’y risque!

On ne peut attendre plus longtemps, les estomacs crient famine et il faut aller au resto.
Notre hôte nous conseille une super pizzeria et on se retrouve avec des pizzas de 40cm de diamètre dans l’assiette, certains auront du mal à finir et demanderont un doggy-bag pour emmener les restes le lendemain.

Après le repas j’observe depuis mon lit bien confortable le doc qui soigne les petits bobos, le stock de patch anti-tendinite diminue à vue d’œil!
C’est super d’avoir ses connaissances en direct, ce n’est pas Arthur qui dira le contraire le lendemain, mais en attendant dodo!

A suivre, la suite et fin, jour 3 et 4 du Tour du Mont Blanc 2015!